Beuvry : est-ce qu'on lit TOUS les communiqués de presse ?

Publié le par un-jour-une-antenne

Voici encore une information que le collectif a normalement remise à la municipalité. Ceci faisant partie de ses promesses et engagements, que dans son cas lui les tient, et tient à tenir. Même si...


Et même si l'inquiétude n'y est pas vraiment comprise et sa prise en considération admise.

 

On dit trop souvent pour ignorer le problème et tenter de rassurer faute de preuves et de réflexion que dans 20 ans, c’est bien loin…

Alors pourquoi s’en faire ?

D’autres ont estimé que déjà dans 5 ou 6 ans c’était le cas.

 

Mais est-ce une réaction de parent ?

 

Espérons qu’à Beuvry dans un avenir plus ou moins proche, aucune inaction concertée ou autre ne permette l’arrivée du cas de trop !

 

Et qu’il ne devienne un cas d’école.

 

Nous relayons donc afin que nulle personne ayant autorité ne puisse se dire ni responsable ni coupable en cas de… Parce que déclarant ne pas avoir été informée en temps utiles.

 

http://lh3.googleusercontent.com/-4zrrFBY8Ndw/TXVZrP_NaaI/AAAAAAAAABA/y3G0sgBX1Zk/s1600/cancerchildren.jpg

 

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

 

Pour une réglementation des implantations

des antennes-relais de téléphonie mobile

5 cour de la Ferme-Saint-Lazare

75010 Paris

tel : 01 42 47 81 54 - fax : 01 42 47 01 65

Site Internet : Priartem.fr

email : contact@priartem.fr

 

Communiqué de presse

du 7 octobre 2013

 

 

Portables et santé :

 

Nouvelle étude suédoise 

 une multiplication par 3

des risques de tumeur cérébrale

au-delà de 25 ans d’utilisation du portable

 

 

De plus en plus d’enfants sont aujourd’hui équipés d’un portable pour « rassurer leurs parents ».

Dans 25 ans, ils seront dans la pleine maturité de leur trentaine sauf que… l’utilisation durable du portable aura multiplié par 3 les risques d’être atteints d’une tumeur cérébrale. C’est ce que nous apprend aujourd’hui une étude épidémiologique publiée dans la revue International Journal of Oncology réalisée par une équipe suédoise dirigée par Lennart Hardell.

 

Les chercheurs ont travaillé sur la population âgée de 18 à 75 ans dont le cancer a été diagnostiqué entre 2007 et 2009 (593 cas). Une population-témoin contrôlée sur les critères d’âge et de sexe a été sélectionnée (1368 personnes). Les taux de réponse ont été dans les deux cas très élevés, respectivement 87% pour la population étudiée et 85% pour la population témoin.

 

Globalement le risque est accru de 60% pour les utilisateurs de portables. Mais si l’on regarde plus précisément les utilisateurs de longue durée, le risque est nettement plus élevé : il double au-delà de 20 ans et triple au-delà de 25 ans.

 

Si l’on prend en compte la localisation de la tumeur, l’odds ratio est encore plus élevé lorsque la tumeur est localisée du même côté de la tête que l’usage du portable.

 

Les chercheurs se sont également intéressés à l’usage du téléphone sans fil domestique – qui mobilise également les radiofréquences - et ont trouvé des résultats très comparables à ceux obtenus pour les téléphones mobiles.

 

Dans tous les cas, ils observent, par ailleurs, une augmentation du risque statistiquement significative dans la période de 1 à 5 ans d’utilisation – 80% d’augmentation du risque avec un intervalle de confiance situé entre 1.01 et 3.4 - ce qui suggère, outre l’effet à long terme, un effet promoteur des radiofréquences sur l’apparition du cancer.

 

Les chercheurs concluent que ces résultats confortent donc l’hypothèse d’un effet à la fois initiateur et promoteur des radiofréquences sur le cancer.

 

Ces résultats doivent inciter plus que jamais les responsables de la santé à informer largement la population des risques associés à l’usage du portable et plus généralement à l’exposition aux radiofréquences. Priartem demande que cette information soit diffusée avant les fêtes de fin d’année, occasion traditionnelle d’achats de portables, notamment pour les enfants, dont l’association rappelle qu’ils constituent d’une population particulièrement vulnérable.

 

 

Contact presse :

Janine Le Calvez

Présidente de Priartem : 01 42 47 81 54

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

http://lh5.googleusercontent.com/-WhtzCijbaoA/TXVXVQ1-qFI/AAAAAAAAAAw/-Pug1jbCpfs/s640/th%25C3%25A9rapies+cibl%25C3%25A9es.jpg

 

 

http://lh3.googleusercontent.com/-tFFWbJopA6Q/TXN18hCRAHI/AAAAAAAAAAc/QyexWK5BvSM/s640/Capture.PNG

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sisyphe 29/10/2013 15:14

Mais où sont les sauveurs de Beuvry qui devraient avec toutes leurs compétences nous préserver des mauvaises décision de la majorité ? Pourquoi ne diffusent-ils pas telles informations comme vous
le faites sur ce blog ?
Promis juré craché, ils vont nous sauver, mais pas tout de suite, ce soir, ils ont piscine !

Habitant de Beuvry 19/10/2013 13:11

Le professeur Belpomme qui critique violemment les conclusions de l’Agence nationale de sécurité sanitaire sur les champs électromagnétiques a lancé l’Appel de Paris avec 3 000 scientifiques
internationaux.
Appel qui vise à faire reconnaître l’utilisation des polluants (dont les champs électromagnétiques générés par les portables et les antennes-relais) comme crime contre l’Humanité.

Si ça se confirme, les relations de cause à effet, qui seront alors identifiés comme les responsables, les accusés, les coupables, les condamnés ?

Même les "complices" qu'ils soient actifs ou "passifs" ?

Parce que pour les premières victimes, il y aura alors peu de difficultés...

Sauf s'il y a obligation d'indemnisation.

http://www.republicain-lorrain.fr/meurthe-et-moselle/2013/10/17/foire-bio-de-gorcy-en-lutte-contre-le-cancer